Rondol

Victoire de Margerie: "Quand la crise est une opportunité d'innovation"

19 avr. 2014

Article original: http://www.emballagedigest.fr/blog.php?2014/03/30/17339-la-parole-a-victoire-de-margerie-president-de-rondol-industrie-quand-la-crise-est-une-opportunite-dinnovation


Quand la crise est une opportunité d’innovation


Pour diriger une entreprise quelle que soit sa taille, il faut une stratégie : un mélange d'analyse, de vision, d'intuition, de volonté, de concentration, de cohérence, et d'appétence à saisir les opportunités. Et il faut aussi les ressources humaines et financières. Or le propre de la crise c'est justement la rareté des ressources. Les bonnes équipes trouvent toujours de l'argent mais que faire quand le financement est un peu juste pour créer ou conserver cette bonne équipe ? 
Et bien il faut innover, même en partant d'un procédé vieux de près de deux siècles! Inventé au 19ème siècle pour l’alimentaire (les fameuses spaghettis), puis développée en 1930 pour la fabrication et la mise en forme de nombreux matériaux : métaux, matières plastiques, ou matériaux composites. C'est bien de la technologie d'extrusion qu'il s'agit. Et l'innovation, c'est appliquer l’expertise de l'entreprise à un nouveau marché - l'extrusion pour les applications pharmaceutiques dans le cas de Rondol. 
Dès 1990 aux Etats-Unis, la recherche académique avait commencé à s'intéresser à l'extrusion pour la mise en forme des médicaments. Outre que le procédé permet un dosage extrêmement précis du principe actif, et l’obtention d’un contenu très homogène à un bon niveau de stabilité, il est aussi adapté aux exigences de contrôle de fabrication de l'industrie pharmaceutique. La continuité du procédé et son potentiel d’automatisation jouent aussi en faveur d’une réduction des investissements nécessaires. Mais en dépit de ces avantages, l'industrie pharmaceutique a observé l'extrusion de loin jusqu'en 2008 car les machines existantes ne correspondaient pas aux exigences spécifiques du secteur. 
L'innovation c'est donc d'abord de savoir analyser les attentes de nouveaux clients et de décider d'y satisfaire. Nous avons ainsi compris que le secteur pharmaceutique avait besoin de machines avec un diamètre de vis plus petit, avec un rapport taille de fourreau sur diamètre plus grand et avec un système permettant un nettoyage facile entre chaque lot. Et nous avons répondu à ces demandes spécifiques, d'abord en offrant un micro extrudeur bi-vis 10mm (lot minimum de 50 à 100 grammes) livré à Johnson&Johnson aux Etats-Unis en 2008, puis en mettant au point un système "easy clean" livré à Abbvie (ex-Abbott) en Allemagne en 2009, puis en concevant un fourreau deux fois plus long d'un seul tenant livré à Evonik encore en Allemagne en 2010.
Mais ce n'était pas encore assez pour l'industrie pharmaceutique qui requiert une technologie et des machines conformes au référentiel GMP ("Good Manufacturing Principles"). En 2012, nous avons donc décidé de créer une gamme de produits de rupture : l'extrudeur bivis 10mm GMP pour les clients désireux d'entamer des programmes d'essais cliniques, l'extrudeur bivis 21mm GMP pour industrialiser la production de médicaments ou de dispositifs médicaux pour lesquels l'extrusion a fait ses preuves, et bien sûr tous les équipements GMP de mise en forme aval : presse à injection 5T, presse à compression 10T, calendreuse etc…
Toutefois, l'innovation ne s'arrête pas à la technologie et aux produits. Quand les ressources sont limitées par le contexte de crise, il faut bien sûr conserver les "basiques" - observer et servir ses clients - mais il faut aussi innover sur les modes de gestion, notamment en cherchant des alliés solides pour avancer plus vite. Nos "alliés" aujourd'hui sont donc des clients qui savent que nous leur offrons moins cher une innovation inestimable et "customisée", des sous traitants stratégiques à qui nous permettons de développer un nouveau courant d'affaires, des jeunes à haut potentiel qui bénéficient d'une formation qui accélérera leur carrière, et des seniors ultra compétents qui apprécient le respect et l'autonomie qui leur sont offerts.
Pour Rondol Industrie, la crise est ainsi perçue comme une opportunité, celle de créer les conditions pour nous mettre en valeur différemment et, grâce à cette troisième vie de l'extrusion, de générer sur le long terme une croissance profitable.